Maison d'art
Palais des Beaux-Arts, maison des arts. Immense mais quasi invisible, surplombant la ville mais enfouie dans les terres, multiple mais unie, prestigieuse mais ouverte à tous… C’est ainsi que Victor Horta imagina la première maison de la culture construite en Europe, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.

Son ambitieux projet répondait à plusieurs défis: Urbanistique: relier le haut et le bas de la ville, Architectural: soumettre un bâtiment aux besoins de différentes disciplines tout en préservant sa force architecturale, Artistique: accueillir toutes les forme d’art, au plus haut niveau et dans les meilleures conditions, Culturel: rendre l’art accessible au plus grand nombre, sans élitisme et sans concession.

Le Palais des Beaux-Arts ouvrit ses portes en 1928. En accord avec l’évolution de son temps, Horta opta pour un répertoire plutôt géométrique, délaissant la ligne courbe de l’art nouveau. L’éclairage zénithal des salles d’exposition ainsi que l’imbrication ingénieuse des différents espaces émerveillent. Ils portent incontestablement la signature d’un maître génial. Dans ses mémoires, Horta considère le Palais des Beaux-Arts comme un sommet de sa carrière.

Un Mont des Arts souterrain
Toutes les formules artistiques ont droit de cité au Palais des Beaux-Arts. Horta disposa les trois salles de concerts, les espaces d’exposition et de conférence en un tout harmonieux, en plaçant la musique et les expositions sur un pied d’égalité. Un squelette métallique pour les couvertures et l’utilisation de béton armé autorisèrent l’ouverture magistrale du plan.
Le visiteur qui arpente le bâtiment grimpe une colline sans s’en rendre compte - il gravit le Mont des arts, soit au moins huit niveaux -, ce qui rend d’ailleurs difficile la tâche de réunir sur un plan pratique l’ensemble des étages et des entresols sur un même plan.

Share/Save/Bookmark